1 2 3 4

You are here

L'avis de l'Association Dentaire Française

BLANCHIMENT: 

Une conférence du congrès de l'Association Dentaire Française de 2006 portait sur les produits utilisés et les risques encourus pour le patient lors d'un blanchiment dentaire. La problématique était la suivante :
-quel produit utiliser et pour quelle indication ?
-quelle est la stabilité de ces traitements ?
-quel est le danger de ces traitements pour la dent et pour l’organisme ?
Puis un avis assez mitigé a été donné :
"Si les propriétés physico-chimiques du peroxyde d'hydrogène en font une molécule de choix pour l’éclaircissement dentaire, son utilisation soulève certaines questions quant à ses effets indésirables.
Chez 15 à 66% des patients (en fonction des études), une sensibilité post-opératoire réversible est observée suite à un éclaircissement sur dents vitales.
La cause de ces sensibilités n'est pas définitivement établie, cependant de nombreuses études ont montré que le peroxyde d'hydrogène est capable de traverser l'émail, la dentine et d'atteindre la chambre pulpaire où il provoque une inflammation réversible.
Certaines études ont également décrit une altération morphologique de l'émail suite à l’utilisation de fortes doses de peroxyde d'hydrogène; les dommages étant cependant moindres que ceux générés par l'utilisation de l'acide phosphorique. Par ailleurs, les résidus de peroxyde d'hydrogène laissés par les techniques d’éclaircissement inhibent, à court terme, la polymérisation des matériaux à base de résine.
L'efficacité du peroxyde d'hydrogène lors de l’éclaircissement repose sur sa capacité à produire des radicaux libres qui, par une réaction d'oxydation, décolorent les pigments organiques de la dent.
Les radicaux libres formés peuvent générer des cassures dans l'ADN et sont donc susceptibles d'avoir, à forte dose, une action cancérigène. Cependant, plusieurs études d'expérimentation animale suggèrent que les faibles doses de peroxyde d'hydrogène (inférieures à 5%) utilisées lors du blanchiment dentaire, n'entraînent pas d'effets mutagènes locaux ou systémiques. Une investigation clinique à grande échelle est à présent nécessaire pour valider les résultats obtenus par l’expérimentation animale."
Nous attendons donc les résultats des études qui seront peut être présentés à l'ADF 2007...

source : ADF : Formation Continue > Les publications > Quintessence Odontologie conservatrice - 2006