1 2 3 4

You are here

L'avis d'une universitaire

0 Commentaires

BLANCHIMENT: 

Selon le Professeur Nadine Forest, doyenne honoraire de la faculté de chirurgie dentaire de l'université Paris VII : « Sur un plan clinique, on sait que l'efficacité et les effets secondaires sont fonction de la concentration en peroxyde d'hydrogène ou peroxyde de carbamide. Il faut une notion de concentration et de temps, de nombre de fois à appliquer le produit, parce que sinon les risques qui s'attachent à cette utilisation vont relever du mésusage ».« Même en cas d'utilisation normale, on constate, d'après les essais cliniques qui ont été faits, qu'il y a environ 50% de sensibilité dentaire, donc de sensibilité de la dent. Bien sûr, ce peut être réversible, mais ça l'est de moins en moins au fur et à mesure de l'utilisation. On peut aussi avoir des irritations des gencives ou des phénomènes plus graves, le cas échéant.
L'eau oxygénée ou peroxyde de carbamide, ce n'est quand même pas un produit sans inconvénient ! Par exemple sur les cheveux, le peroxyde de carbamide à 10% représente 10 volumes d'eau oxygénée. Nous les femmes, nous connaissons bien les risques sur nos cheveux : au bout d'un certain temps, ils s'affaiblissent. Pour les dents, c'est exactement pareil : nous avons un tissu de recouvrement de la couronne des dents, c'est l'émail, et il est évident que ce peroxyde d'hydrogène va fragiliser, perméabiliser le tissu et pénétrer jusqu'à la dentine où des éléments très importants de ces tissus peuvent être éliminés.
Au bout d'un certain nombre d'années, quand vous aurez besoin d'une obturation avec un matériau comme le fait le dentiste, cette obturation sera de moins bonne qualité, ça tiendra moins bien sur le tissu traité comme ça ».