1 2 3 4

You are here

Blanchiment dentaire : des produits mieux encadrés

0 Commentaires

Un arrêté publié dans le Journal officiel vient confirmer une décision de l'Agence du médicament qui a interdit ou limité les produits utilisés dans le blanchiment des dents en fonction de leur concentration en peroxyde d'hydrogène.
. Le blanchiment des dents peut paraître un geste simple, mais il ne doit pas être exempté de mesures de sécurité. Pour corriger une coloration anormale ou tout simplement par esthétisme, de nombreuses personnes s'adonnent à cette pratique. Pour les phobiques des dentistes, il existe la possibilité d'utiliser des produits à base de peroxyde d'hydrogène (eau oxygénée) au fort pouvoir oxydant. Mais certains d'entre eux peuvent s'avérer dangereux si le peroxyde d'hydrogène est trop concentré.

C'est ce type de traitement qui sera strictement plus encadré, selon une décision parue au Journal Officiel et prise début juillet par l'agence du médicament ANSM. Cette dernière prévoit le retrait "sans délai" des plus dangereux, soit ceux contenant un taux de peroxyde d'hydrogène supérieur à 6%. Elle suspend également les produits contenant un taux de peroxyde d'hydrogène compris entre 0.1% et 6 % en attendant leur mise en conformité.

De dispositif médical à cosmétiques

"Il s'agit de la transposition d'une directive européenne qui encadre plus étroitement tous les produits contenant du peroxyde d'hydrogène" explique le Dr Joël Trouillet, secrétaire général de l'Association dentaire française (ADF). Cette direction européenne a permis de remettre de l'ordre dans la dénomination des produits autorisés. Elle les classe tous dans la catégorie "cosmétiques" alors que certains continuaient à être présentés comme des dispositifs médicaux.

Résultat : ces produits autorisés (avec une concentration comprise entre 0,1% et 6%) ne pourront plus être mis sur le marché tant qu'ils ne seront pas conformes à la réglementation "cosmétique". De plus, seuls les chirurgiens dentistes sont maintenant habilités à en acheter. Ces praticiens devront également assurer la première séance d'un traitement d'éclaircissement dentaire, interdit au moins de 18 ans.

Un bénéfice/risque différent selon chacun

Quant aux traitements dont la concentration en peroxyde d'hydrogène est supérieure à 6%, l'ANSM a demandé que les fabricants et les distributeurs interrompent leur distribution et procèdent à "leur retrait sans délai". "Ces produits présentent des risques d'effets aigus et à long terme augmentés tels que notamment l'hypersensibilité dentaire, l'irritation des muqueuses et l'altération de l'émail pouvant conduire à une usure prématurée voire une fragilisation de la dent", rappelle la décision publiée au JO.

Reste les traitements dont la concentration ne dépasse pas 0,1% de peroxyde d'hydrogène. Ils sont toujours autorisés à être utilisés en vente libre par le consommateur lui-même ou dans les bars à sourire. Mais sur son site Internet, le ministère de la Santé recommande de ne limiter cette pratique qu'aux personnes qui en ont réellement besoin. Car comme pour tout traitement à visée esthétique, les effets indésirables peuvent se révéler supérieurs aux avantages escomptés.

BLANCHIMENT: